À mon sujet

© Richard Ahnert

Cela fait plusieurs moi que j’arpente les alentours de Genève pour jouer les cash games les moins chers de la Suisse romande, de 1/1 ou de 1/2. Grâce à des efforts irréguliers mais des résultats satisfaisants, moi qui suis au chômage à 23 ans, je peux presque affirmer que je vis du poker. Presque, parce dans la mesure où je ne paie pas de loyer, ma vie ne coûte pas si cher. Ce serait se tromper que de penser que je pourrais financer un train de vie stable et indépendant à partir des fonds que je récolte aux tables.

C’est pourtant là l’objectif. Le poker portera ses fruits quand il rapportera des sous dont je peux me passer — ensuite je pourrai clamer sans ambiguïté le statut de professionnel du poker. En attendant, réfugié chez ma mère, je gagne du jeu assez d’argent pour payer mes courses ; pour financer mes quelques habitudes ; pour réparer les nombreux défauts de ma voiture ; et occasionnellement je m’offre des sushis.

Ma bankroll, quant à elle, fait preuve d’une croissance qui laisse à désirer. Bien que sur de courtes périodes, cette liasse de billets de francs suisses soit capable de s’épaissir rapidement, je ne suis pas à l’abri de courtes vacances ou de certains revers du sort qui peuvent ralentir son processus de développement ou même le renverser. Un processus qui semble d’autant plus long que je suis forcé de conduire des centaines de kilomètres par semaine pour aller jouer dans des parties qui ne risquent pas de me ruiner — c’est pendant ces longues heures de route, pleines de solitude, que m’est venue l’idée d’ouvrir un blog.

J’y partagerai mes expériences, qui seront anodines pour beaucoup, j’en conviendrai — tant pis ou tant mieux, à voir. Plutôt que de tenter de vous éberluer au moyens d’exploits pokeristiques exagérés, mon objectif sera de vous exposer une réalité, au travers de ce blog qui vous servira de fenêtre sur ma vie et sur ma personne, sur mes analyses et mes contradictions, sur mes victoires et mes défaites.

Ces circonstances transitionnelles, j’espère effectivement m’en dégager bientôt, mais il me faudra d’abord gagner assez pour passer aux limites supérieures ; puis gagner assez à ces limites pour déménager et assez encore pour entretenir un niveau de vie décent. Cela prendra du temps ; et pour cette période je vous invite à suivre mon site dansleseumdunsemipro.fr en vous y abonnant par mail. J’y partagerai mes historiettes sous forme de courtes nouvelles parsemées de commentaires sur quelques mains de poker — la première d’entre elles, Le goût des miettes, est déjà en ligne.

Darenard

Dans Le Seum D'Un Semi-Pro